Lettre aux étudiants...

Pourquoi les universitaires engagent une grève administrative

ou sont en grève ?

Aux étudiants

La plupart des universités françaises se sont lancées dans un mouvement de contestation des projets de réforme de l'Enseignement supérieur et de la Recherche engagée par le gouvernement. Une grande partie des universitaires considèrent en effet que ces projets, ainsi que les moyens (personnels et budgets) mis en œuvre pour l'enseignement supérieur, conduirait à une détérioration des conditions de recherche et d'enseignement. A titre d'illustration, on peut citer le cas du prix Nobel de Physique 2007 (le français Albert Fert) qui critique sévèrement le projet de réforme du statut des enseignants - chercheurs, ou le cas des enseignants chercheurs de l'IEP d'Aix-en-Provence qui viennent de décider de se mettre en grève. Plusieurs points expliquent le refus quasi unanime de ces mesures.


UNIVERSITÉS : Nationalement et localement (à l'UJM), on constate une baisse des budgets, une diminution HISTORIQUE de plus de mille postes dans la recherche, dont 200 enseignants-chercheurs. Ceci devrait se traduire par une baisse de la qualité du service public d'éducation et de recherche et la perspective d'augmentation des droits d'inscription à l'université et de dépendance accrue en d'hypothétiques financements extérieurs (régions, entreprises...). Rappelons qu'aujourd'hui déjà la dépense moyenne par étudiant à l'Université n'est que de 8 000 euros contre 14 000 euros pour un élève de classe préparatoire.

ETUDIANTS : Logique de concurrence pour les diplômes, entre les universités, hiérarchisation des Universités et inégalités accrues quant à la qualité des formations, soumission de l'enseignement aux impératifs économiques locaux.

METIERS DE L'ENSEIGNEMENT et CAPES : L'année de stage salarié qui permet de se former au métier serait supprimée. A terme, les futurs enseignants seraient certes titulaires du master, mais, dans les projets actuels, leur formation disciplinaire et professionnelle serait très affaiblie. La perte du statut de fonctionnaire, la précarisation, la dépendance aux chefs d'établissement sont les objectifs du gouvernement.

ENSEIGNANTS-CHERCHEURS : La vocation de ce double statut est de transmettre directement aux étudiants un savoir constamment nourri par la recherche. Une modification importante du statut menace cette double position ainsi que l'autonomie de recherche qui permet les découvertes du futur.


Les personnels des universités tentent de définir des moyens d'action qui leur paraissent les plus efficaces et qui pénalisent le moins les étudiants dont ils connaissent et partagent la volonté de réussir leurs études. A cet égard, la participation active des étudiants à ce mouvement de protestation est essentielle.